Arpajon

Petite ville de 6 000 habitants aux boutiques tentatrices, Arpajon est surtout connue par ses « chevriers », prétexte à la célèbre « Foire aux Haricots » du troisième dimanche de septembre.

Histoire

Camp romain (Castra) contrôlant les Sénones, la Parisii et les Carnutes, Châtres devint dès le Moyen Age un centre commercial important, ville-étape sur la route Paris-Orléans ; on n’y comptait pas moins de trente hostelleries lorsqu’en 1700 le curé de Saint-Clément accueillit Philippe, duc d’Anjou, en route pour l’Espagne, par des couplets de bienvenue sur l’air local « Tous les bourgeois de Châtres et ceux de Montlhéry… ». Le futur Philippe V lança une bours et dit : « Bis ». Notre curé s’exécuta volontiers, mais sitôt le chant fini : « Bis » dit-il, et une seconde bourse changea de propriétaire.

Ce n’est qu’en 1720 que Louis de Sévérac, marquis d’Arpajon (Cantal) acheta le seigneurie de Châtres et obligea le bourg à changer de nom. D’ailleurs, cette petite ville allait encore être débaptisée sous la Révolution pour devenir Francval, et ne retrouva son nom actuel que sous la Restauration. 

Environs 

Autour d’Arpajon de nombreuses excursions sont possibles : le Bas-de-Tourfou avec ses grès genre « Aspremont » ; les vallées pittoresques de l’Orge et de la Rémarde, les ruines de Monthéry et de Villeconin, les églises de Longpont et de Saint-Sulpices-deFavières, etc…