Château-Landon

Château-Landon est situé au sud du département de Seine-et-Marne, à 96 km aux confins du riche plateau du Gâtinais. Elle comporte aux alentours de 3 000 habitants. Bâtie sur un coteau en éperon, comme beaucoup de cilės gauloises, la coquette petite ville domine la riante vallée du Fusain. Les amateurs de pittoresque, les fervents d’histoire et d’archéologie, ne regretteront pas d’avoir quitté la route Bleue et fait un détour (5 km) pour venir la visiter.

HISTORIQUE

Château-Landon n’est plus aujourd’hui qu’un modeste chef-lieu de canton et un marché agricole. Pourtant la ville a joué un rôle important dans le passé. Elle était déjà riche et peuplée à l’époque druidique. Les auteurs latins l’ont désignée sous différents noms : Castrum Castrum Nautonis, Nautonense, Vellaunodunum. Jules César relate dans ses commentaires qu’il assiégea et rançonna la ville en 59 avant Jésus-Christ. Les habitants durent lui livrer leurs armes leurs chevaux et 600 otages. Pendant plusieurs siècles Château-Landon fut un des principaux domaines de la Couronne et les rois y résidaient volontiers : notamment Philippe ler, Louis le Gros, Louis VII et Philippe Auguste. Vers 840 Charles le Chauve y fonda un atelier monétaire qui fonctionna jusqu’à la fin du XII° siècle et où furent frappées des monnaies d’argent (deniers et oboles).

Au Moyen Age Château-Landon devint la capitale des comtes du Gâtinais. D’après certain auteurs la ville s’étendait sur plus d’une lieue de long. En 1552 on y comptait encore plus de 3 000 feux et 750 commerçants. Mais, malgré ses puissantes fortifications l’opulente cité con bien des vicissitudes au cours des siècles et perdit peu à peu de son importance. Elle rétrogradera au rang de simple prévôté du Bailliage de Sens puis de Nemours.

Principaux événements de l’histoire de Château-Landon :

  • 59 avant J.-C. : Siège et prise de Vellonaudunum par Jules César.
  • 506 : Mort de saint Séverin à Château-Landon.
  • 545 : Fondation de l’abbaye de Saint-Séverin par Childebert.
  • 774 : Les Saxons assiègent la ville, pillent et incendient l’abbaye.
  • 1157 : Louis VII rétablit et dote richement l’abbaye de Saint-Séverin.
  • 1426 : La ville forte est assiégée et pillée par les Anglais.
  • 1436 : Le connétable Arthur de Richemont reprend la ville aux Anglais.
  • 1468 : Nouvelle incursion des Anglais qui incendient la ville.
  • 1567 : Pillage de la ville et de l’abbaye par les reîtres allemands du prince de Condé.
  • 1569 : Pillage de l’abbaye par les hordes conduites par le chevalier du Boulay, le « Grand Larron du Gâtinais »,
  • 1587 : La ville est assiégée, bombardée et prise d’assaut par une armée de 3 000 protestants allemands qui la mettent à sac.
  • 1589 : Nouveau pillage de l’abbaye par les troupes du chef huguenot Tignouville.
  • 1652 : Une armée de 2 000 Frondeurs pille et rançonne la ville.

CURIOSITÉS ARCHÉOLOGIQUES

Beaucoup de monuments et d’édifices importants du passé ont été détruits par les guerres, ou ruinés par le temps. La chapelle Sainte-Croix, Notre-Dame-de-Bethléem, Saint-Pèlerin, Saint-Loup-Bézard, La Madeleine de Chenou, l’abbaye de Saint-André, l’église Saint-Thugal, l’église Saint-Séverin, le prieuré de Pont-Franc, l’abbaye de Néronville, etc. ont complètement, ou presque complètement disparu. Des puissantes fortifications qui protégeaient la cité médiévale il ne subsiste que des vestiges. Pourtant, les amateurs d’archéologie ne seront pas déçus en visitant la ville.

MONUMENTS ET SITES INTÉRESSANTS

– L’église Notre-Dame : on y distingue les divers styles du IX° au XV° siècle. Son clocher de pierre est remarquable de légèreté et d’élégance. A l’intérieur, sur le côté droit du transept, se trouve un retable du XVIIe siècle bien sculpté.
– L’Hospice : du vaste Hôtel-Dieu édifié au XII° siècle il ne reste qu’un modeste bâtiment.
– Le Porche ou « Hôtel de la Monnaie » : remarquable pignon d’un édifice construit au Moyen Age à l’emplacement de l’ancien atelier monétaire de Château-Landon.
– La tour Saint-André : reste d’un portail de l’église du prieuré de Saint-André.

– La tour Saint-Thugal (IXe siècle): cette tour servait de clocher à l’église Saint-Thugal.
– L’abbaye de Saint-Séverin : l’abbaye fut fondée par Childebert en 545 pour satisfaire un voeu de son père Clovis qui, malade, avait fait appel à saint Séverin. Elle devint un lieu de pèlerinage célèbre. Au cours des guerres elle fut maintes fois pillée, incendiée et partiellement détruite. Elle fut rétablie et dotée par Louis XII en 1157. La dernière restauration date de 1651. Actuellement les bâtiments de l’antique abbaye fortifiée abritent un Asile Départemental de Vieillards. Des fresques du XIIe siècle, d’un grand intérêt historique et iconographique, ont été découvertes en 1929 sur les parois d’une crypte de l’ancienne église de l’abbaye de Saint-Severin. L’une représente la messe de saint Séverin en présence de Clovis et de Clotilde, l’autre la guérison de Clovis par saint Séverin.

AUTRES CURIOSITES

L’escalier et le point de vue du Larry. Le chemin de César vestige d’une voie romaine reliant Orléans à Troyes. Les carrières de pierre calcaire d’où furent extraits les blocs utilisés pour la construction de nombreux édifices parisiens (Arc de Triomphe, Sacré-Coeur, pont Alexandre III, etc.). Les carrières de blanc de craie de Néronville, de Lorroy et de Grands-Moulins (L’effondrement des caves à blanc de Lorroy causé par les inondations de 1910 provoqua une véritable catastrophe soufflant le village et obstruant le canal du Loing.) La papeterie de Grands-Moulins. Les vestiges du prieuré de Pont-Franc. Le château de Gasson. L’ancienne châtelainie de Jallemain.